Le contexte et les objectifs du projet

Le contexte initial : des solutions techniques, hétérogènes, sans supervision possible des données de santé

Afin d’assurer la communication entre les applications métiers du laboratoire et celles de ses clients (Médecins, Hôpitaux, ou concentrateurs de flux), le groupe Unilabs en Suisse s’est appuyé sur plusieurs logiciels de type EAI ainsi que plusieurs scripts « faits maisons ». L’objectif était à l’origine d’organiser l’envoi automatisé des flux de données, à savoir les demandes d’analyses, les comptes-rendus ainsi que les flux financiers.

L’inconvénient de ces technologies :

Aucune supervision ou monitoring possible des échanges de données

Une pérennité des solutions remise en cause, les interfaces étant créées de façon unitaire sans vision d’ensemble

Pas de notion d’évènement, absence de connecteur HL7 disponible

Absence de communication entre ces 3 solutions

Un support très sollicité selon les retours d’erreurs

Une maintenance coûteuse liée à la complexité de l’architecture technique

Afin d’organiser et contrôler les flux de données efficacement, le système d’information mis en place a été remis en cause.

Objectif du projet : organiser efficacement les flux de données santé

L’objectif du nouveau projet est de mutualiser la supervision et l’échange d’information via la plateforme unique d’interopérabilité Enovacom. La finalité recherchée : assurer le partage efficace des informations patients tout en facilitant le quotidien des professionnels de santé.

3 territoires différents sont concernés par ce nouveau projet – chaque territoire gérant ses propres flux – à savoir les régions de Zurich, Genève, Tessin.

La fourniture et mise en œuvre de la nouvelle plateforme d’interopérabilité permet à Unilabs Suisse d’atteindre les objectifs suivants :

Installation d’une nouvelle architecture ESB normalisée et déjà prête à l’emploi

Centralisation des interfaces sur un outil unique

Amélioration de la supervision des interfaces (monitoring et alerte en cas d’incident)

Facilité d’exploitation et de résolution des incidents, permettant de réduire les coûts de maintenance

L’intégration rapide et facilitée de nouvelles interfaces (une nouvelle interface signifiant la remise à un nouveau destinataire des résultats de biologie)

La gestion du projet d’interopérabilité d’UNILABS Suisse : une réussite en 9 mois

La première réunion de cadrage s’est déroulée en Août 2016. L’objectif de cette première rencontre ? Définir le planning, les équipes intervenantes et les rôles associés, ainsi que le contour technique du projet.

Un projet divisé en 8 phases

Avec la connexion de plus de 100 logiciels différents, le projet a été divisé en plusieurs étapes – certaines interfaces étant dépendante de la création des premières.

En fonction des interfaces à créer, les phases de tests duraient plus ou moins longtemps avec le plus souvent une moyenne de 1 mois avant la mise en production validée.

Le projet en chiffres

100 logiciels à connecter

154 interfaces à créer 

40 sites et 3 régions linguistiques concernées

1 platerforme unique d’interopérabilité

Shares
Share This