Interopérabilité biomédicale et DPI : 4 ans après la mise en place, le retour du CHUV

Qu’allez-vous découvrir dans ce cas client ?

Les soignants sont souvent accusés de porter un regard trop critique sur l’informatisation des structures de santé. A tort ou à raison, ils pointent du doigt les dysfonctionnements, les bugs, les formations chronophages ou l’utilisation d’outils peu ergonomiques et peu adaptés à leur quotidien. Mais quand la solution proposée répond aux attentes, l’effet est inverse : ce sont les services qui réclament son déploiement. Exemple au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), établissement de santé lausannois classé parmi les 10 meilleurs dans le monde*. Jérémi BULTEEL, Chef de projet au sein du CHUV revient sur l’utilisation de la solution ENOVACOM Patient Connect.

Il revient sur les différentes étapes qui ont permis de faire ce ce projet un véritable succès :

  • Le déploiement
  • Le retour des utilisateurs

  • Les forces du projet    

  • La prochaine étape ?

 

Quelques chiffres :

  • Solution utilisée dans 12 services du CHU Vaudois ;
  • 110+ moniteurs connectés au DPI
  • 20 heures hebdomadaires économisées par soignant
  • Projet commencé en 2016

 

CONTEXTE

En 2016, le CHUV, établissement lausannois de plus de 1500 lits, s’intéresse à la solution ENOVACOM Patient Connect, première plateforme d’interopérabilité des appareils biomédicaux.

4 ans plus tard, le projet est un réel succès, et