Institut de Cardiologie de Montréal : quand l’automatisation de la récolte de données facilite le travail du personnel soignant

Sébastien Delécolle – Responsable Technique Canada chez Enovacom, revient pour nous sur les apports de la digitalisation du suivi des patients avec l’acquisition d’une solution d’interopérabilité biomédicale.

Extrait de l’avis d’expert:

Un logiciel autonome

ENOVACOM Patient Connect est une solution d’interopérabilité biomédicale 100 % logicielle, équipée d’un moteur d’interopérabilité pour pouvoir se connecter à tous types de matériels. La première étape est d’écouter les demandes des soignants. Dans le cas de l’ICM, ils sont dans une opération de numérisation. Leur souhait est d’éviter la saisie manuelle et l’usage du papier dans le suivi patient tout en améliorant la qualité des traitements proposés.

Les soignants prennent part à l’installation

Les appareils médicaux remontent un nombre incalculable de données. Toutes ne sont pas utiles, c’est pourquoi le responsable technique et l’équipe médicale doivent créer des règles de tri pour préciser les informations que la machine doit faire apparaître dans l’application. « Les règles ENOVACOM Patient Connect de tri ou filtrage sont déterminées à la mise en place du projet. L’équipe projet, à l’aide des référents soignants (chef de service/infirmier dédié au projet…) va nous aiguiller sur la fréquence de remontée et le type de données qu’elle souhaite voir remonter dans le logiciel », souligne le spécialiste. Ici, le débit de perfusion, le nom du médicament ou encore le statut d’infusion d’une pompe sont des données relevées instantanément et redistribuées aux infirmiers.

Dans un service de soins intensifs, chaque seconde compte. À l’institut de cardiologie de Montréal (ICM), l’équipe soignante l’a bien compris. Pour gagner en efficacité et garantir un meilleur suivi du patient, l’établissement de santé avait besoin de mettre en place un logiciel lui permettant de remonter en continu les données produites par les appareils médicaux connectés tels que des respirateurs ou des pompes à perfusion. Le personnel soignant peut ainsi suivre l’état de plusieurs patients depuis un seul écran.