La connexion des dispositifs biomédicaux médicaux non généralisée

Au-delà des logiciels, la connexion des dispositifs biomédicaux non généralisée :

Le personnel médical et informatique fait ainsi face à de vraies problématiques : les systèmes sont hétérogènes au sein et en dehors de l’établissement, les données de santé sont éparpillées dans des silos… Le partage de l’information médicale ne se fait donc pas sans mal.
Au-delà du manque de coordination pour faire communiquer les différentes applications métiers , une nouvelle difficulté se dessine. Il existe d’autres sources de données médicales, à savoir les dispositifs biomédicaux ; et ces derniers ne sont encore que trop rarement connectés aux dossiers de soins. Une nouvelle fois, la ressaisie des informations par le personnel soignant est nécessaire, avec les risques associés : suivi des données, erreurs de retranscription, problème d’identitovigilance…

dispositifs biomédicaux

“Dès lors que la collecte et la consolidation des données reposent sur une action humaine, le « zéro défaut » ne peut exister. En revanche, dématérialiser les échanges en s’appuyant par exemple sur des dispositifs biomédicaux connectés vise clairement à traiter et améliorer ce point.” Yannick Michel, Directeur Organisation et Système d’Information, Hôpital Privé du Confluent (Groupe Confluent)

IDENTITOVIGILANCE & PARTAGE DES DONNÉES

L’identitovigilance est un système de surveillance et de gestion des risques et erreurs liés à l’identification des patients – principe clé lorsque nous parlons de partage de documents médicaux ou de données patient. La fréquence de ces erreurs d’identité est difficile à évaluer et mal connue. Cependant, quelques recherches ont pu être faites aux Etats-Unis ou en France, dans la région Aquitaine par exemple.

Si nous reprenons ces éléments, des problèmes d’identification des patients aux Etats-Unis ont été notés dans plus de 100 analyses approfondies d’événements indésirables réalisées de janvier 2000 à mars 2003 par le “Department of Veterans Affairs”(7) Un événement indésirable, étant selon la définition proposée en 2013 par la Haute Autorité de Santé , “un évènement ou une circonstance associé aux soins qui aurait pu entraîner ou a entraîné une atteinte pour un patient et dont on souhaite qu’il ne se produise pas de nouveau.” En France, ont été analysées les causes immédiates d’erreurs d’identité liées aux professionnels survenues dans 37 établissements de santé d’Aquitaine entre 2008 et 2010. 14,4% de ces erreurs étaient liées à la saisie(8). Ainsi, dans le cadre de l’informatisation des établissements de santé, l’identité du patient doit être gérée et garantie par les différents systèmes utilisés et processus mis en place.

LES DIFFICULTÉS À RETENIR

  • Ressaisie de l’information
  • Risque d’erreurs
  • Identitovigilance

Retour d’expérience : le GCS Martinique

Retrouvez l’interview de Yvon Marie-Sainte, Directeur du GCS SIS, qui revient sur son projet d’équiper les services maternité de la solution ENOVACOM Patient Connect. L’objectif : collecter les données vitales des mères et nouveaux nés.

Découvrez ENOVACOM Patient Connect

Vous souhaitez collecter les données vitales de vos patients en vous appuyant sur une solution 100% logicielle ? Découvrez ENOVACOM Patient Connect, la plateforme d’interopérabilité biomédicale pour connecter dossiers de soins informatisés et appareils biomédicaux.

Démo et documentations

Pour en savoir plus sur la connexion des appareils biomédicaux, n’hésitez pas à demander une démo live de la solution ENOVACOM Patient Connect ainsi que la documentation dédiée au projet.

Shares
Share This