Cas client

Institut de Cardiologie de Montréal : la connexion d’appareils biomédicaux aux dossiers de soins informatisés améliore la qualité des soins

Grâce à la plateforme d’interopérabilité biomédicale, l’établissement spécialisé dans les pathologies cardiaques a installé une solution qui permet de relever de manière automatique les données de santé issues des ventilateurs de leurs unités de soins intensifs.
Image
divider graphic

Remplissez ce formulaire pour recevoir le cas client

arrow-up icon arrow-up icon
divider graphic

Grâce à la plateforme d’interopérabilité biomédicale, l’établissement spécialisé dans les pathologies cardiaques a installé une solution qui permet de relever de manière automatique les données de santé issues des ventilateurs de leurs unités de soins intensifs.

Cette innovation technique est une véritable révolution dans le quotidien des infirmières de l’établissement. En effet, elles peuvent retrouver aujourd’hui, en temps réel, l’intégralité des données vitales pour suivre l’évolution de l’état de santé de leurs patients.  

L’enjeu ici n’est pas d’augmenter la capacité d’accueil de l’hôpital, mais bien d’améliorer la qualité des soins reçus. Les professionnels de santé bénéficient également du service. En réduisant les déplacements au chevet du patient, les équipes sont en sécurité depuis leur poste de travail.  

Extrait du cas client

L’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) accélère son virage numérique.
En misant sur une politique de digitalisation du dossier de soins et
d’automatisation du relevé des données de santé, l’établissement
spécialisé compte améliorer la qualité des soins pour ses patients et
œuvrer pour le bien-être de ses salariés.

Avant de profiter des dernières innovations d’Enovacom, les infirmières
devaient recopier à la main les données produites par les appareils, puis
elles les retranscrivaient dans le dossier patient informatique. Deux tâches
qui pouvaient engendrer des erreurs de saisie et de la fatigue.

Grâce à la plateforme d’interopérabilité biomédicale, nous pouvons accéder rapidement aux données provenant de nos appareils biomédicaux. C’est un gain de temps important pour la prise en charge du patient, chaque soignant gagne deux heures par jour.

Amélie Brasiola, chef de l’unité des soins intensifs chirurgicaux

D’un point de vue technique, le projet a sollicité plusieurs services de l’ICM. En effet, l’IT s’est occupé de câbler les chambres des patients, il a ensuite fallu créer des interfaces utilisateurs afin de présenter les bonnes données à la bonne place. Les inhalothérapeutes se sont chargés de brancher les ventilateurs au système de manière sécurisée, tandis que les infirmières ont été formées à l’utilisation de l’outil.

arrow-up icon