Comment Enovacom a créé un référentiel métier commun à trois établissements d’un GHT, tout en sécurisant leurs échanges ?
Nos premiers retours sur la crise Covid-19 – Episode 03

À l’heure où les établissements de santé doivent collaborer, échanger et améliorer leur coordination, Enovacom a mis au point un référentiel métier unique qui résout la problématique de centralisation des identités du personnel de santé.

Composé de huit établissements hospitaliers, le GHT Rhône Nord Beaujolais Dombes représente un nombre de lits et de salariés important. La solution est devenue le passe-partout numérique de la structure.

Pour sécuriser les échanges, ENOVACOM a créé une brique sécurité fantôme, au sens que les utilisateurs ne voient aucun changement dans leur habitude. Un outil utilisé pendant la crise du Covid-19, puisque l’intégralité des échanges entre le GHT, l’ARS et la CNAM pendant la crise se sont faits par le biais de la MSSanté.

Retrouvez tous les retours des participants du projet.

Fabrice PAQUIENResponsable du département Application Projet Innovation pour le GHT Rhône Beaujolais Dombes

« Le premier besoin qui a émergé dans la convergence des systèmes d’information des GHT, c’est l’interopérabilité.Comme nous étions utilisateur historique des solutions Enovacom, nous nous sommes naturellement tournés vers Enovacom Suite V2. Ça a été l’occasion pour nous de monter en compétence sur la partie intégration d’application. »

Chrystelle COQUARDChef de Projet senior chez Enovacom

« Notre première mission a été de fusionner les nomenclatures des trois établissements du GHT. Notre solution gère l’identification de tout le personnel appartenant aux trois sites, mais pour pouvoir tout référencer dans un même fichier, nous avons dû homogénéiser les nomenclatures »

Pierre CORSETTI • Directeur de projets chez Enovacom

« Les structures hospitalières échangent de nombreuses informations entre elles, mais aussi avec la médecine de ville. On parle ici de données de santé, comme des résultats d’analyse, ou de dossiers patients informatisés. Lorsque ces informations ont été numérisées, elles sont devenues vulnérables au piratage.Il a donc fallu les sécuriser, au même titre que les boites mail. Si cette messagerie n’est pas protégée, elle peut être interceptée à tout moment, dans le but de revendre les informations piratées. »

Vous avez des questions ? Un projet ?
N’hésitez pas à contactez nos experts

Restez informés,
inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les prochains épisodes