Comment faire du Système d’Information un allié dans le cadre des Groupements Hospitaliers de Territoire ?

Le savoir-faire Enovacom, entre interopérabilité et convergence

Équipant plus de 1 500 établissements en France, Enovacom développe, depuis près de 15 ans, des suites logicielles visant à faciliter l’échange et le partage sécurisé des données de santé. Un savoir-faire précieux à l’heure des Groupements Hospitaliers de Territoire, comme nous l’explique Sophie White, directrice Marketing chez cet éditeur de premier plan.

Quels sont les principaux enjeux amenés par les GHT en termes de SI ?

Sophie White : Il s’agira d’accentuer l’ouverture des établissements à destination des autres acteurs du territoire, en accord avec les orientations définies par le projet médical partagé. Il faudra également mettre en œuvre des SI convergents et homogènes, alors même que l’atteinte de cette cible est fonction de la maturité des applicatifs et du degré de convergence déjà existant entre ces derniers. Sa trajectoire devrait d’ailleurs être décrite au 1er janvier 2018 par les schémas directeurs des SI de territoire. Les membres du GHT peuvent néanmoins dès à présent engager de nouvelles collaborations, avec l’appui des outils de communication et de partage existants. Plus de la moitié des établissements publics de santé sont par exemple déjà équipés de la plateforme d’interopérabilité Enovacom Suite V2 ; il leur suffira d’en étendre les fonctionnalités.

Un SI convergent implique néanmoins de disposer, à terme, d’une même brique applicative par domaine fonctionnel. Quelles sont ici les réponses d’Enovacom ?

Sophie White : Enovacom a mis au point une suite logicielle permettant d’organiser et de maîtriser le ou les SI du GHT, afin de mettre en œuvre les fondamentaux qui constitueront le socle de cette convergence : serveur de rapprochement des identités patients, interopérabilité stratégique, référentiel unique des agents pour gérer et tracer les droits et habilitations au sein du SI, entrepôt unique des documents médicaux compatible avec l’ensemble des applications métiers, messagerie sécurisée notamment interopérable avec la MSSanté, gestion des accès (y compris en mobilité) pour les projets de portail communautaire, traçabilité des accès dans le cadre de la certification des comptes hospitaliers, etc. Autant de fonctionnalités qui permettent aux GHT d’aborder sereinement leur projet de convergence, quel que soit l’écosystème éditeurs.

Quelle est la stratégie d’Enovacom pour accompagner le changement ?

Sophie White : Comme tout projet, la convergence du SI GHT doit s’appuyer sur des bases solides. Donc les notions d’échange et de partage d’information impliquent une interopérabilité forte, voire étendue, le tout dans un cadre de confiance. La suite logicielle s’appuie donc sur valeurs chères à Enovacom : se comprendre, pour assurer une communication optimale entre tous les acteurs du système de santé (processus, langage, référentiels) ; se faire confiance, pour garantir le respect de la vie privée de chacun dans cet enchevêtrement de technologie et des systèmes ; et enfin prévoir, pour assurer la meilleure exploitation possible des gisements de données afin de participer à l’avènement de la santé de demain. Enovacom est en effet convaincu que l’interopérabilité reste la clé de voûte des établissements pour assurer leur accès aux innovations à venir. Sans compréhension des nouveaux systèmes, il leur sera difficile de suivre les évolutions du marché ou d’aller vers l’hôpital connecté.