L’interopérabilité globale : un véritable prérequis dans la qualité de prise en charge des patients

Pourquoi l’interopérabilité globale est un prérequis dans la qualité de prise en charge des patients ?

La sécurité et la qualité de la prise en charge des patients en établissement de Santé passe désormais par une gestion pertinente des flux de données médicales. Afin d’optimiser le temps de travail des professionnels de Santé et leur permettre d’agir rapidement en cas d’urgence, les dispositifs médicaux et les systèmes d’information des hôpitaux privés ou publics doivent satisfaire à des prérequis d’interopérabilité globale.

Un établissement de Santé est désormais une usine de production de données, souvent sensibles car confidentielles. Ces informations sont d’autant plus importantes qu’elles trouvent leur utilité dans la prise de décision médicale, pour le suivi des parcours de soins, médico-économiques, pour l’organisation des soins et l’analyse de l’activité d’un établissement de Santé, ou les vigilances sanitaires, pour les tutelles. Mais elles ont également un intérêt majeur dans la recherche clinique ainsi que dans l’enseignement auprès des professionnels de Santé ou l’information des citoyens. On estime, dans un CHU de taille moyenne, en dizaines de millions le nombre de documents stockés dans les système d’information de santé.

Données de santé : leur volume devrait atteindre 2,3 milliards de giga-octets d’ici à 2020

Les services médico-techniques sont, sur ce champ, les premiers producteurs. Les dispositifs de suivi des données vitales, les dossiers d’anesthésie et autres systèmes de chirurgie génèrent, au bloc opératoire, des volumes d’informations très importants. Dans les laboratoires d’analyses médicales ou les unités d’anatomo-pathologie, il en est de même. Mais c’est dans les services d’imagerie que les données se comptent en To chaque jour, les modalités d’imagerie en coupe, scanner et IRM ou salles hybrides étant en première ligne dans ce domaine. Dans les autres unités, notamment celles qui assurent les soins intensifs, les services de maternité ou les consultations, de nombreux appareils d’exploration diagnostique ou de monitoring produisent également un volume d’informations conséquent.

Pouvoir se connecter au sein d’un établissement, mais aussi à l’extérieur de celui-ci

Dans les services de soins désormais, notamment au lit du patient, d’autres dispositifs nécessitent de diffuser un signal rapidement détectable par le personnel soignant. Ce sont, par exemple, les systèmes d’appel, les électrocardiogrammes, voire les appareils connectés de prévention de chutes, qui doivent bénéficier d’un canal de diffusion efficient. Sans compter les dispositifs de monitoring qui équipent les patients après leur sortie d’hospitalisation, à leur domicile ou dans une autre structure d’hébergement. Dans tous ces cas de figure, les données patients doivent être disponibles rapidement afin que les professionnels de Santé puissent gagner du temps dans leur pratique ou agir en conséquence en cas d’urgence. Un signal reçu instantanément par l’infirmière du service de soins ou le professionnel de ville augmente souvent les chances de survie d’un patient.

Ces différents équipements doivent ainsi être en mesure de communiquer entre eux afin que les soignants puissent retrouver facilement les informations et les exploiter au mieux.

Pour fluidifier les échanges des données entre les systèmes, un mot-clé à retenir : l’Interopérabilité globale

La clé de la réussite, pour pouvoir faire communiquer entre eux l’ensemble de ces dispositifs,et organiser les flux d’information, est l’interopérabilité. Les différents logiciels (administratif, médicaux, etc.) ne communiquent pas entre eux nativement – les données ont des difficultés de passer d’un point A vers un point B sans développement spécifique. S’appuyer sur une solution d’interopérabilité permet de connecter l’ensemble des systèmes, simplifie et automatise les échanges d’information.C’est ainsi que le GCS e-santé de Martinique a fait le choix de créer une plateforme mutualisée de données obstétricales venant des maternités de l’Île afin de leur mettre à disposition un dossier régional d’obstétrique. Pour assurer l’exhaustivité du dossier, les dispositifs biomédicaux du service de maternité sont connectés à ce dossier avec la solution ENOVACOM Patient Connect. Cela permet pour les soignants d’avoir une meilleure vision de l’état de santé du patient, en temps réel.

La sécurité et la qualité de la prise en charge des patients passe désormais par ce type d’organisation.

Shares
Share This