[CAS CLIENT & GUIDE] 

Comment Enovacom exporte sa plateforme d’interopérabilité biomédicale ?  

Extrait du cas client :

Grâce à la plateforme d’interopérabilité biomédicale, l’établissement spécialisé dans les pathologies cardiaques a installé une solution qui permet de relever de manière automatique les données de santé issues des ventilateurs de leurs unités de soins intensifs. Cette innovation technique est une véritable révolution dans le quotidien des infirmières de l’établissement. En effet, elles peuvent retrouver aujourd’hui, en temps réel, l’intégralité des données vitales pour suivre l’évolution de l’état de santé de leurs patients.  

L’enjeu ici n’est pas d’augmenter la capacité d’accueil de l’hôpital, mais bien d’améliorer la qualité des soins reçus. Les professionnels de santé bénéficient également du service. En réduisant les déplacements au chevet du patient, les équipes sont en sécurité depuis leur poste de travail. 

Le cas du CHUV 

Commencé par un Proof of concept en 2016 qui a permis de vérifier que la plateforme d’interopérabilité biomédicale d’Enovacom s’intégrait parfaitement dans l’architecture applicative et technique de l’établissement, la solution est déployée quelques mois plus tard dans l’unité de Cardiologie Soins Continus du CHUV.

Elle est aujourd’hui utilisée dans 12 services du CHU Vaudois : soins continus, salles de réveil, urgences, et tous les services au sein desquels les 120 patients hospitalisés ont besoin d’une surveillance plus accrue. Au total, ce sont plus de 110 moniteurs qui sont connectés au DPI et remontent automatiquement les constantes vitales. 

Du sol au bloc, en passant par les dispositifs médicaux, tout est interconnectable. Le CHUV s’est également tourne de nouveau vers Enovacom pour couvrir un besoin très ciblé dans les deux services de maladies infectieuses et d’immuno-oncologie, en s’appuyant sur une technologie innovante : le vêtement connecté.

 

CONTEXTE

Dans un service de soins intensifs, chaque seconde compte. À l’institut de cardiologie de Montréal (ICM), et au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), les équipes soignantes l’ont bien compris. Pour gagner en efficacité et garantir un meilleur suivi du patient, les établissements de santé canadiens avaient besoin de mettre en place une solution lui permettant de remonter en continu les données produites par les appareils médicaux connectés tels que des respirateurs ou des pompes à perfusion.