Projet régional ALBIOM : des résultats de biologie partagés entre professionnels de santé

67 laboratoires alsaciens partagent désormais des résultats structurés de biologie avec les médecins et leurs patients, via le dossier médical partagé (DMP). Fin octobre 2016, 23 500 documents étaient déjà disponibles. Anne Stackler, Directrice de projets pour le GCS Alsace e-santé, nous présente le service ALBIOM destiné à améliorer les flux ville-hôpital dans la région.

Quels sont les facteurs qui ont conduit à mettre en place un projet tel que ALsace BIOlogie Médicale (ALBIOM) ?

Anne Stackler : Nous sommes à la fois partis du constat de l’importance de la biologie médicale dans le système de santé (plus de 60% des diagnostics à l’hôpital et en ville en dépendent) et d’un besoin des professionnels de santé. En effet, les médecins souhaitent disposer d’une vision unifiée de l’historique biologique des patients, et ce quel que soit le laboratoire – de ville ou hospitalier – dans lequel ceux-ci se rendent. Malgré la dématérialisation du compte rendu et l’utilisation de supports de diffusion tels que les serveurs de résultats ou les messageries, le partage de l’information entre médecins et laboratoires peut encore être amélioré. Cette organisation trouve clairement ses limites entre la ville et l’hôpital, notamment lors des épisodes hospitaliers des patients ou plus généralement, pour le suivi des pathologies chroniques.

« Le partage de l’information entre médecins et laboratoires peut encore être amélioré »

Pourquoi avoir choisi le DMP comme point central de votre projet ?

A.S.: L’Alsace fait partie des régions DMP les plus dynamiques. L’ASIP Santé a lancé un appel à projets visant à accompagner le déploiement et le développement des usages du DMP. Nous avons naturellement orienté notre réponse sur le champ du partage – au sein du DMP – de la biologie médicale. Pour mettre en oeuvre ce projet, deux appels d’offres ont été définis : un orienté vers des solutions capables de gérer la production et l’envoi des comptes rendus de résultats de biologie médicale vers le DMP par les laboratoires, l’autre pour la fourniture d’un bioviewer répondant aux besoins des médecins prescripteurs des analyses biologiques. 3 éditeurs ont été retenus, parmi lesquels Enovacom en consortium avec MIPS. La mise en place des logiciels ENOVACOM Suite V2 et GLIMS-V9 a fait l’objet d’une phase de test avec le service informatique et les biologistes du site pilote le Centre Hospitalier de Saverne. Le GCS Alsace e-santé assure le pilotage et le suivi du projet, ainsi qu’un accompagnement des laboratoires en partenariat avec les éditeurs. Ce projet est mené avec le soutien de l’ARS et de l’ASIP Santé, qui met également à disposition son expertise, notamment autour de l’interopérabilité des systèmes d’information et de la standardisation des modèles de comptes rendus.

« 67 laboratoires de ville et hospitaliers ont déposé plus de 23 500 résultats de biologie médicale dans le DMP »

Vous souhaitez retrouver l’interview complète et savoir où en est le projet aujourd’hui ?