Passer d’un EAI Open source à l’EAI ENOVACOM Suite V2

En rejoignant le site de la cité hospitalière à Paris (14ème) située sur le même site géographique que le Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ), l’Hôpital Léopold Bellan a décidé de sous-traiter ses plateaux techniques à GHPSJ (biologie, imagerie). L’opération s’est traduite par une augmentation des flux de patients vers Saint-Joseph pour des examens et des analyses.

L’Avis de l’Utilisateur

 

st-joseph-logoOlivier Boussekey, Directeur des Systèmes d’Information. Groupe hospitalier Paris Saint Joseph.

« L’efficacité de l’EAI Enovacom Suite V2 est telle que ses usagers ne voient pas la charge de travail supplémentaire qu’ils ont évitée avec la forte croissance du nombre de patients adressés par Léopold Bellan ».

Pour assurer le transfert d’information des patients entre les différentes applications métiers, l’hôpital Bellan utilisait l’EAI Mirth, solution « Open Source » modelée au gré des besoins par son Responsable des systèmes d’informations, Michel ALVES. Suite à sa Promotion en tant que Directeur des Systèmes d’Information de la Fondation Léopold Bellan et avec l’arrivée de nouveaux besoins, la solution fut plus difficile à maîtriser. Il a donc été nécessaire d’acquérir un EAI plus simple, d’utilisation intuitive pour s’adapter à tous type de profils.

Dans un établissement de santé, tout doit être mis en œuvre pour respecter la confidentialité des informations de santé de chaque patient. Cette contrainte s’applique aux flux d’individus et de données médicales entre établissements. Dans un souci de sécurité, mieux vaut éviter les risques d’erreurs informatiques ou humaines liées aux saisies multiples. Tout en protégeant cette confidentialité, Enovacom Suite V2 fiabilise ces échanges, selon Aurélie Timsit, adjointe de direction de l’Hôpital Léopold Bellan. Et sans nécessiter les connaissances informatiques d’un développeur pour gérer les interfaces ! « Avec la plate-forme Open Source, nous étions confrontés à la difficulté de faire communiquer les logiciels issus de différents éditeurs. Son utilisation devenait trop compliquée pour la GAP. Nous avons fait appel à Enovacom. Nous souhaitions une solution simple qui facilite l’intégration de nouvelles applications et leur capacité à « communiquer » entre elles. Un patient identifié chez nous sous le numéro X le sera au Groupe hospitalier Paris Saint Joseph sous le numéro Y. La solution d’Enovacom a permis d’élaborer une table de correspondance qui facilite l’envoi de flux d’informations, par exemple une prescription de biologie médicale vers le logiciel de gestion du laboratoire. La plateforme les traite automatiquement, les transforme et recherche dans la base propriétaire de Saint-Joseph. Ils seront ensuite envoyés au logiciel métier qui les restituera à ses personnels soignants, chargés de réaliser les actes pour le patient. L’envoi des résultats de Saint-Joseph vers Bellan se déroule dans les mêmes conditions. L’opération s’effectue en toute transparence pour tous les utilisateurs. Nous gagnons énormément de temps en évitant les doubles saisies tout au long du parcours du patient dans les services. La moindre erreur s’affiche en rouge. Notre interlocuteur chez Enovacom prend la main à distance et creuse la question pour la solutionner ».

Une rapidité de mise en place soulignée

De son côté, déjà utilisateur d’Enovacom Suite V2 pour ses échanges de données extérieurs (EDI), le Groupe hospitalier Paris Saint Joseph souffrait des dysfonctionnements de sa solution EAI antérieure. « Pendant trois mois, nous avons tenté d’opérer des changements, de l’améliorer… En vain ! » affirme Olivier Boussekey, directeur des systèmes d’information du groupe hospitalier Paris Saint-Joseph. L’expérience positive de l’Hôpital Léopold Bellan sur l’EAI d’Enovacom l’incite à en explorer également ses potentialités. « Enovacom a conçu en quelques jours une interface propre et tout a fonctionné du premier coup ! » se réjouit-il, s’avouant impressionné de par la qualité et la rapidité de l’intervention, au vu des mésaventures affrontées avec la solution précédente. « Du fait de la proximité physique des deux établissements, 95% des patients hospitalisés à Léopold Bellan entrent à un moment dans notre système d’information pour un examen radiologique, une analyse biologique… Nous traitons chacun comme un nouvel entrant, quitte à supprimer ensuite les doublons sur alerte du système. Nous élargissons progressivement le dispositif à la prescription connectée en biologie entre nos deux établissements. Demandes de prélèvements, identification des tubes, reconnaissance des échantillons, édition des résultats… La plateforme assure la cohérence des échanges automatiquement et sans risque, quasiment comme si le patient de Bellan était le nôtre« .

Aujourd’hui, l’hôpital Léopold Bellan envisage d’ajouter un programme sur l’agenda du patient qu’il lui faudra interfacer avec les logiciels existant en interne. Le Groupe Hospitalier Saint-Joseph pense à adopter l’EAI ENOVACOM Suite V2 pour un autre établissement avec lequel il partage également de nombreux patients. Il s’implique aussi dans une concertation pilotée par l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France, sur la création future d’une plate-forme régionale de partage de données entre tous les professionnels de santé. Son vécu depuis 2014 avec l’hôpital Léopold Bellan nourrit la réflexion commune.

Chiffres clés

Hôpital Léopold Bellan : 210 lits et places – 210 salariés

Groupe hospitalier Paris Saint Joseph : 620 lits et places – 2 162 employés

56 730 séjours hospitaliers et 39 363 passages aux urgences en 2014

Vous souhaitez en savoir plus sur l’EAI Enovacom Suite V2 ?

Remplissez le formulaire ci-dessous pour obtenir davantage d’informations.