Le CHI de Villeneuve-Saint-Georges urbanise son SIH et facilite la gestion des interfaces applicatives avec un EAI Santé

« Avant la mise en place d’ENOVACOM Suite V2, ce suivi nous prenait une demi-journée par semaine » L’interview d’Olivier Simon, ingénieur, en charge des interfaces du CHI de Villeneuve-Saint-Georges nous livre son témoignage : Contexte du projet. Pourquoi le choix d’ENOVACOM Suite V2 ? Déroulement du projet. Les gains déjà enregistrés.

Dans quel contexte avez-vous lancé votre appel d’offres d’EAI pour le système d’information de l’hôpital ?
Olivier Simon : Notre système d’information se compose principalement du noyau Référence de Maincare Solutions, pour la gestion administrative des patients et la gestion financière, ainsi que de nombreux logiciels périphériques. La mise en place d’un EAI s’est rendue nécessaire par la multiplication des interfaces « point à point » entre les applications pour la communication de l’identité du patient. D’autre part, sur nos nouveaux projets, les sociétés qui répondent rendent obligatoire la présence d’un EAI.

Pourquoi avez-vous retenu ENOVACOM Suite V2 ?
Olivier Simon : Trois sociétés ont répondu à notre appel d’offres au dernier trimestre 2007. Le choix d’ENOVACOM Suite V2 s’est fait sur le rapport qualité-prix, la finalité et les précisions de la réponse et enfin sur l’implication de la société éditrice dans le projet.

Quel a été le calendrier du projet de l’implémentation de l’EAI ?
Olivier Simon : ENOVACOM a prévu un planning prévisionnel sur 30 jours pleins. Le projet a été mené à distance depuis la rentrée. Une formation aura lieu sur site sur l’administration, le paramétrage et la création d’interfaces ; ainsi nous deviendrons complètement autonomes.

Quelles sont les interfaces aujourd’hui gérées dans ENOVACOM Suite V2 et comment s’est déroulée la mise en place ?
Olivier Simon : Toutes les interfaces existantes ont été reprises dans l’EAI. Il s’agit en grande majorité de l’identité du patient, contenue dans le SIH de Maincare Solutions, envoyée à dix autres applications d’éditeurs variés. Il y a aussi les résultats de laboratoires qui sont adressés vers la réanimation. Pour la migration, nous avons limité le risque en travaillant avec la plate-forme de test des applications Maincare Solutions, et ENOVACOM Suite V2 dispose d’un serveur virtuel dédié aux tests. Nous avons été fort satisfaits de la réactivité d’ENOVACOM sur toute cette phase d’installation technique et de paramétrage.

Est-ce que vous enregistrez déjà des gains depuis que l’EAI est opérationnel ?
Olivier Simon : Oui, le suivi est beaucoup plus aisé. Chacun des administrateurs s’y connecte une à deux fois par jour pour faire le suivi préventif, où les messages d’erreur sont centralisés. Avant la mise en place d’ENOVACOM Suite V2, ce suivi nous prenait une demi-journée par semaine. Le suivi curatif est lui aussi très aisé, puisque nous pouvons rejouer chaque message avec la simplicité graphique. Nous avons eu en particulier un problème sur l’envoi des mouvements du patient de Maincare Solutions vers le dossier de psychiatrie. ENOVACOM l’a réglé en deux jours au titre de la maintenance applicative. En septembre 2008, démarrera le dossier des Urgences Improve pour lequel l’interface identité et actes a été faite en dix minute grâce à l’EAI.