Québec : un Système d’information territorial unifié

Simplification et garantie d’évolution d’un système d’information territorial unifié

L’équivalent d’un système d’informa­tion de groupement hospitalier de ter­ritoire se met actuellement en place au Québec. « Dans le cadre de la réorgani­sation du réseau de la santé et des ser­vices sociaux (RSSS), le ministère de la Santé de la province préconise le dé­ploiement de systèmes d’information unifiés », explique Joanne Guay, Direc­trice des technologies de l’information et des télécommunications au Centre hospitalier de l’Université de Montréal. Le CHUM est porteur du projet qui doit se déployer d’ici 2020.

Mi-2017, le Groupe d’Approvisionne­ment en Commun de l’Est du Québec (GACEQ), a sélectionné Enovacom, en partenariat avec la société cana­dienne Purkinje, pour la mise en place d’une plateforme d’interopérabilité des données pour tous les établisse­ments publics de santé dans la pro­vince de Québec.

Quatre systèmes d’information clinique

Quatre systèmes d’information clinique s’y sont en effet développés : le DME Purkinje, Oacis de Telus (au CHUM par exemple), Cristal-Net (issu d’une col­laboration entre Grenoble et Québec, et retenu pour constituer à terme le DCI provincial), Ariane (à Sherbrooke et en Estrie).

 « L’objectif consiste à faciliter les échanges entre les différents systèmes et établissements, tout en visant la standardisation et le déploiement du SIU, SI Unifié. Si la priorité va au dossier clinique, le projet concerne l’ensemble des domaines, c’est-à-dire y compris le SI de laboratoire, le système de gestion financière, de ressources humaines, etc. », précise la directrice des technolo­gies du CHUM.

Il mobilise pour le moment une douzaine de personnes (sur un effectif total de 125 à 130 ETP) mais Joanne Guay anticipe que cette équipe passera à 35 environ. Le réseau doit en effet prendre son auto­nomie de manière à gérer simplement la maintenance et surtout l’évolution du SI, des paramétrages et des interfaces entre les applications.