La collaboration des professionnels autour du patient : simplicité et efficacité requises !

La collaboration entre professionnels de santé au service du parcours de soins

Pour assurer la continuité des parcours de soins, les agents hospitaliers sur un territoire se doivent désormais de travailler ensemble. Cette collaboration des professionnels de santé, inscrite dans le référentiel du programme gouvernemental Hop’en, doit être efficiente tout en respectant les bons usages. Les solutions d’e-santé leur permettront d’atteindre cet objectif pour améliorer l’organisation à partir d’outils technologiques innovants.

 Pour collaborer, échanger et partager l’information, les professionnels de santé ont besoin de solutions d’échange et partage fluides, efficaces et sécurisées. Si celles-ci s’avèrent trop contraignantes, ils se libèrent alors des contraintes en passant par des circuits « officieux », comme le rappelle le buzz qu’ont suscité des médecins anglais qui s’échangeaient des photos via Snapchat par souci de rapidité et de simplicité[1].

« Le programme Hop’en intègre la notion d’identité patient unique et l’alimentation en routine du DMP, obligeant les établissements à se restructurer. Sur ces axes, le positionnement d’Enovacom est simple : nous fournissons les outils pour favoriser l’échange et le partage de la donnée patient et la collaboration entre les professionnels de santé »

Sophie White

Directrice Marketing et commerciale, Enovacom

Etre efficient et efficace tout en restant dans les « usages » sécurisés

De manière pragmatique, on parle aujourd’hui beaucoup de collaboration des professionnels de santé, mais il existe pour cela des prérequis simples et des fondamentaux d’usage. Dans un premier temps, je dois savoir avec qui je dois ou je peux collaborer ; dans un second, je dois savoir partager et échanger. Aujourd’hui, il est nécessaire que l’émetteur et le récepteur se garantissent mutuellement qu’ils savent partager l’information, avec des résultats à la hauteur du besoin et de ses objectifs. La réception d’une photo de mauvaise qualité ne sera pas exploitable et la collaboration ne sera alors pas efficiente. À l’inverse, une image transmise via un MMS pourra être de bonne qualité mais dans ce cas, le processus ne sera ni sécurisé, ni réglementaire !

Dans le cadre des coopérations, il faut être certain de partager la bonne information avec le bon interlocuteur, au bon moment et concernant le bon patient. L’ouverture ville-hôpital entraîne de nouveaux modèles de coopération des professionnels de santé et le patient y est favorable. Mais l’accès aux outils, leur ergonomie et leurs fonctionnalités peuvent parfois constituer un frein. Autant de cas qui rappellent que savoir échanger c’est savoir poser un cadre et faire en sorte que les processus, les outils et les technologies soient adaptés pour permettre une collaboration de qualité. Le rôle de l’éditeur de logiciels e-santé est ici de donner du pragmatisme et d’apporter des solutions efficientes.

En continuité du processus engagé pour moderniser et motiver l’évolution des systèmes d’information de santé, le programme Hop’en s’est vu renforcé d’un nouveau prérequis assez explicite : le P4 « échange et partage ». Il s’agit de la capacité du système d’information hospitalier (SIH) à alimenter le DMP, à déployer des messageries sécurisées conformes à l’espace de confiance MSSanté et à alimenter le ROR. Sur le champ fonctionnel, les domaines D6 « communication et échange avec les partenaires » (DMP, MS Santé, annuaires) et D7 « mise à disposition de services en ligne aux usagers et patients » (préadmission, rendez-vous et paiement) font leur apparition.

Ces exigences mettent l’accent sur la notion fondamentale de la bonne information du bon patient au bon interlocuteur. « Le programme Hop’en intègre la notion d’identité patient unique et l’alimentation en routine du DMP, obligeant les établissements à se restructurer. Sur ces axes, le positionnement d’Enovacom est simple : nous fournissons les outils pour favoriser l’échange et le partage de la donnée patient et la collaboration entre les professionnels de santé » précise Sophie White, directrice marketing et commerciale d’Enovacom.

Organisation et outils technologiques : deux notions-clés pour améliorer la collaboration

Le DMP et les espaces collaboratifs de type « entrepôts de données » font partie des outils à déployer et l’interopérabilité est l’une des briques incontournables pour optimiser la collaboration et le partage d’information. Toutefois, sur le chemin de la convergence des SI, les établissements vont devoir faire face à une grande période de transition. Aussi, pour continuer à partager, mais sans révolutionner l’existant, il est possible de recourir à des outils fédérateurs, comme par exemple le serveur d’identités et de rapprochement, qui permet d’assurer l’identité unique d’un patient, de vérifier et d’agréger toutes ses informations sur une zone définie.

Les éditeurs doivent apporter et proposer des outils accessibles à tous, qui ne nécessitent pas de compétences lourdes, et ouverts à tout type de SI pour faciliter le partage d’information. Le rôle des éditeurs est alors de simplifier la collaboration et de lever les freins à l’usage. Et ce qui est contraignant pour l’utilisateur doit être masqué ! 

 

Découvrez notre serveur d’identités et de rapprochement : ENOVACOM Patient Server

 ENOVACOM Patient Connect est la solution EMPI d’Enovacom elle répond au besoin essentiel de l’identification du patient dans la collaboration entre professionnels de santé.

Appuyer la cellule d’identito-vigilance pour la gestion, le traitement des doublons et le rapprochement des identités au niveau d’un Groupement d’établissements (exemple : GHT) ou d’une région

Améliorer la coopération médicale entre établissements

Garantir l’adéquation de la solution avec les exigences réglementaires liées à la politique de gestion des identités (certification HAS, programme Hôpital Numérique)

Adaptée aux structures de santé pour maintenir des données médicales cohérentes, précises et actuelles sur les patients